Les Agendas

Les agendas de 1902 à 1951
Les agendas de 1902 à 1951

Très tôt, et toute sa vie d’adulte, Pierre Coutras consigne quotidiennement dans un agenda les faits marquants de la journée.
L’étude de ces journaux est absolument passionnante. Parfois bouleversante, lorsque je lis les lignes racontant la naissance de ma mère… (Yvonne, en 1914)
On y retrouve des faits historiques (Déclaration de guerre, batailles, élections de Présidents, décès du Pape, rencontres de personnes célèbres, ou qui le deviendront…) et on y découvre aussi – et surtout – de petits événements du quotidien.
A la fin de chaque carnet, Pierre Coutras résume pour l’année écoulée : les heures moyennes de réveil, de repas, le nombre de fois qu’on lui a coupé les cheveux, qu’il s’est rasé, qu’il a pris sa bicyclette…
Il n’est pas question ici de commenter tous les carnets, mais d’expliquer de quoi il s’agit. Ils servent bien sûr de base solide à ce que nous évoquons dans ce site, et les journaux de bord des automobiles les complètent.
Les agendas (et journaux des voitures) sont en cours de scannage systématique, et les fichiers seront mis à disposition de la famille.

Scannage des documents pour le site pierrecoutras.fr
Scannage des documents pour le site pierrecoutras.fr
derrière le scanner, assiette de Yvonne Coutras

Le premier agenda date de 1902.

C’est l’année des 13 ans de Pierre. C’est aussi l’année de la mort de sa petite sœur tant aimée Valentine, à l’âge de 11 ans, le 14 octobre.
Il est émouvant de voir que la tenue de l’agenda s’arrête le dimanche 28 septembre.
Cette semaine là, Pierre et Valentine sont à la campagne de Saint-Antoine, avec leurs parents. Ils sont là depuis le 30 juillet, Pierre ayant eu des examens jusqu’au 24 juillet, jour de la distribution des prix.

La famille Coutras à Saint-Antoine
La famille Coutras à Saint-Antoine en 1898 : Joseph, Pierre, Valentine et Céleste

Ils passent des vacances bien proches de celles que Marcel Pagnol décrit dans ses « Souvenirs d’enfance », petits sauvageons libres dans la campagne provençale, mais se rendant régulièrement à la messe.
Le 24 septembre, Pierre évoque, d’une des écritures les plus grandes que l’on pourra voir dans ses journaux : « MORT DU HERISSON », que l’on enterre le lendemain.
Le 28 septembre est sans doute le dernier jour qu’il passe en famille à Saint Antoine, c’est la fin de ses vacances, et nous savons que la semaine suivante, il est à Marseille avec une de ses tantes, faisant sa rentrée au Collège du Sacré-Cœur. Peut-être laisse-t-il son agenda à la campagne ?
En tout cas, ensuite, il n’y a plus rien, et nous savons que la mort brutale de Valentine, à Saint-Antoine le 14 octobre, d’une méningite va dévaster cette famille et marquer Pierre à jamais.
Il apprend la terrible nouvelle de sa tante Marie Avond, pendant qu’il prend son petit déjeuner, et se voit arracher son bol de café au lait pas encore entamé, ce qui ajoutera un traumatisme définitif au grand chagrin qui le poursuivra toute sa vie.
Il gardera l’image de la petite fille couchée dans le cercueil vêtue de sa robe de communiante, bien qu’on ne l’ait pas amené aux obsèques. (Cette tragédie est racontée par Pierre Coutras dans le chapitre 4 : « Le bocal de terre rose » du roman « Les piquants du marron ».)
Ses parents ont déjà perdu un fils, Auguste, âgé de 5 ans, un an avant la naissance de Pierre. Joseph, son père, ne se remettra jamais de la mort de Valentine. Il tombe malade et décède en 1907.

Si Pierre a tenu d’autres journaux immédiatement après 1902, je ne les ai pas eus en main pour le moment.

L’agenda suivant est celui de 1912.

Pierre a 22 ans, est avocat au barreau depuis 1911, et 1912 est l’année de son mariage avec Suzanne, enfin autorisé par Céleste Coutras, sa mère, maintenant qu’il a un métier.
Le samedi 31 août, Pierre écrit :

Agenda de 1912 Mariage de Pierre et Suzanne
Agenda de 1912 Mariage de Pierre et Suzanne
Mariage Pierre et Suzanne Témoins
Mariage de Pierre et Suzanne : les témoins (la sœur de sa femme est Marguerite Rocheblave épouse Rey)

Suit le voyage de noces, avec la De Dion Bouton CS2 : première nuit à l’Hôtel des Thermes Sextius à Aix-en-Provence, deuxième nuit à Avignon, troisième nuit à Arles, Hôtel du Forum, et retour à Marseille.

A partir de là, même si Pierre et Suzanne sortent régulièrement « en couple », nous assistons pendant 20 ans à la vie d’un ménage à trois, dans lequel la belle-mère Céleste tient beaucoup de place, au détriment de sa belle-fille, puis plus tard de ses 2 petites-filles.

Pour avoir étudié à ce jour les années 1912 à 1920, je peux de mieux en mieux cerner ce grand-père que je n’ai connu que âgé.

Son métier d’avocat :

En 1912, il déclare plusieurs fois dans l’année adorer son métier d’avocat, tout nouveau, et il inscrit dans l’agenda ses plaidoiries, visites en prison, rencontres professionnelles, sans rentrer dans les détails, mais cela occupe de la place. (Je suppose qu’il avait des agendas professionnels plus étoffés sur le sujet à son bureau)
On ressent chez lui une certaine griserie à aménager son bureau, intégrer un cabinet de renom, et à se mêler à ce milieu marseillais, dans lequel il fréquente d’ailleurs des personnalités : Eugène Pierre, Aimable Chanot, Michel Carlini entre autres.
Dès 1913, les détails de la vie professionnelle se font de plus en plus rares, pour laisser la place à ses activités d’écrivain, journaliste, et à ses automobiles. Sans oublier la santé de ses proches, grand sujet de préoccupation.
On en vient à se demander à quel moment il travaille…
A la fin de l’agenda de 1918, il écrit :

1918 mon métier d'avocat big
1918 : mon métier d’avocat…

Sa vie familiale

Il est clair que la santé de sa mère, de son épouse et de ses filles est un sujet d’inquiétude. Nous sommes à une époque où l’on meurt encore de maladies bénignes aujourd’hui, et les moindres malaises sont consignés, ainsi que leur évolution.
Il a lui aussi des tracas de santé permanents : « clous » dans le cou, le nez, sur les doigts, maux de dents nécessitant de fréquentes visites chez le dentiste, lumbagos, indigestions… ce qui me rend perplexe, ayant connu un homme âgé qui paraissait indestructible. Il ne faut pas négliger cependant un problème majeur d’hypertrophie cardiaque, auquel il devra d’être réformé pour le service militaire, et donc placé dans la réserve pendant la grande guerre. Les agendas de 1914 à 1918 sont d’ailleurs témoins des comités de réforme successifs (tous les trois mois) et des examens médicaux, radiologiques en particulier.
Du temps est consacré aux « anciens », oncles et tantes, amis de sa mère, famille de son épouse.
Les sorties familiales sont nombreuses et régulières, surtout le dimanche, mais bien sûr, sa mère, Céleste, est toujours du voyage.
La Maison tient aussi sa place, seule résidence à partir de 1915 (vente de la campagne de Saint-Antoine) pour de longues années. Installation du gaz, construction de la terrasse sur le garage, travaux divers…
Il achète, répare, revend, modifie, construit, un nombre incalculable de montres et de pendules…
Il est très attaché à ses chats, et à ses tortues, qu’il pèse avant et après l’hibernation.

Une journée type 27 janvier 1928
Une journée type : vendredi 27 janvier 1928
Le temps qu’il fait, les sorties en auto (Octo le matin, De Dion Bouton l’après-midi, récupérée chez le carrossier Touquet après modifications), soucis de santé pour la mère de Pierre et pour lui-même, qui le font renoncer à l’apéritif du Moto Club Marseillais le soir, visite de Marguerite Rey, sa belle-sœur, accompagnée de Henri et Maurice.

Ses amis et relations

Les amis tiennent une très grande place, en particulier Frédéric Douville et Jack Seksik, avec qui il forme un trio aux rapports mouvementés mais indestructibles.

Jack Seksik
Jack (ou Jac) Seksik

Ils se fréquentent beaucoup, ont de multiples activités ensemble (automobile, moto, bricolage…) se disputent, se fâchent… Suivent quelques jours de bouderie, puis des retrouvailles… Le 12 novembre 1912, Douville part pour l’armée. Pierre écrit : « J’ai pris la résolution, en signe de deuil, de ne plus me raser jusqu’à nouvel ordre. » Céleste et Suzanne y mettent bon ordre, et Pierre se rase… le 15 novembre.
Au fur et à mesure des années, et au gré de ses activités, il fréquente de nombreux hommes politiques, écrivains, artistes, dont beaucoup deviendront des amis.

La « présidentite » et le « m’as-tu-vu »

De son propre aveu, souvent formulé plus tard, Pierre Coutras eut une période « m’as-tu-vu ». (« Quand j’étais « m’as-tu-vu » », disait-il…)
Il aimait « épater le bourgeois », surtout avec ses automobiles, mais aussi par ses tenues, sa coiffure, son physique, sa moustache, et notait soigneusement ses exploits dans son agenda.

Pierre Coutras, l'écrivain (photo studio Ouvière)
Pierre Coutras, l’écrivain (photo studio Ouvière)
photo tirée en nombre au format carte postale, destinée à être insérée dans les livres de Pierre Coutras.

Nous savons que cela lui passera, et qu’il adoptera un comportement de plus en plus modeste en vieillissant.

Il traverse aussi, surtout en début de carrière, un besoin de reconnaissance au sein des nombreux organismes qu’il fréquente : associations professionnelles, politiques, automobiles, littéraires… on sent un véritable besoin « d’être partout », et d’occuper des postes valorisants : président, secrétaire, rédacteur en chef, commissaire de course… ce qu’il appellera plus tard « la présidentite ».

De 1912 à 1914, il approche une loge maçonnique, ce qui n’aura pas de suite pour ce que nous en savons.

Il n’aime pas beaucoup la contradiction, ou le désaveu, et claque assez rapidement les portes lorsqu’il n’obtient pas ce qu’il veut. Il crée alors son propre groupe ou sa propre structure, comme le journal « Le petit Bourgeois », destiné à défendre la classe moyenne.

Fougue de la jeunesse, cela aussi lui passera, et il ironisera sur ce sujet plus tard.
A côté du jeune homme arrogant et ambitieux, nous voyons aussi évoluer un homme sensible, bon ami, bon époux, bon fils et bon père.
Nous découvrons aussi un mystificateur, qui aime se déguiser (nous publierons plus de photos dans un autre article) mais aussi incarner des personnages en forçant le trait, réussissant souvent à tromper son monde, les journalistes en particulier. Nous en reparlerons également.

Déguisements 1
En armure, en spahi, en Méphistophélès…
Déguisements 2
En « nervi », en curé, en académicien…

Fin 1951, il décide de changer de format d’agenda à partir de 1952, passant au format carnet avec un jour par page. Nous n’avons pas encore attaqué cette montagne…


Ne rêvons pas, il n’est pas question de résumer des décennies de vie sur cette page… Sa modeste vocation n’est que de présenter ce que sont les agendas.
Elle évoluera au fur et à mesure des découvertes, et nous ne pouvons que vous inviter à y revenir régulièrement…





Jeanne Coutras

dite Jeannette, Janouche, Jano, puis Mamette


Jeanne, née le 8 juin 1926, est la fille cadette de Pierre et Suzanne.

Suzanne et Jeanne en 1926
Suzanne et Jeanne en 1926

Elle fait ses études au Cours Bastide, à Marseille, (études interrompues 2 ans par la guerre) et est reçue bachelière série C, Première partie le 20 Juillet 1945, et deuxième partie le 9 Juillet 1946 – mention A.B.

Après le Bac, son père ne voulant pas qu’elle ‘travaille’, elle s’occupe du patronage de la Belle-de-Mai sous l’égide du Cours Bastide.

Elle écrit des nouvelles pour enfants parues dans le journal ‘Ames Vaillantes’ ou pour adolescentes dans la revue ‘Christiane’.
Elle participe aux Séances du ‘Salon des poètes’ dirigé par Mme Ripert, où elle lit ses poèmes, dont certains furent édités, avec ceux de sa grande amie Monique Meyblum, par son père, en un petit recueil ‘Rayons de lune’
Elle connaitra par Monique Meyblum (Moune) une autre grande amie : Elisabeth Bettini.

Elle épouse en 1948 Gilbert Corazza, avec qui elle aura trois filles, Martine, Catherine et Bernadette.

Le mariage de Jeanne Coutras et Gilbert Corazza le 30 octobre 1948 à Notre Dame du Mont

Jeanne travaillera avec Gilbert pour son cabinet d’assurances.

Jeanne et son mari habitent encore aujourd’hui la maison familiale. Jeanne est aujourd’hui la gardienne des archives familiales, qu’elle classe et documente.

Gilbert et Jeanne
Gilbert et Jeanne
Jeanne et Gilbert, Bernadette, Catherine et Martine le 7 mai 2022
Jeanne et Gilbert, Bernadette, Catherine et Martine le 7 mai 2022 (photo Frédéric Picano)

Max Escalon de Fonton, biographie

Accueil » Biographies de la famille et alliés

Max Escalon est le beau-frère de Jeanne Coutras : l’épouse de Max, Emily, est la sœur de Gilbert, le mari de Jeanne.

Max Escalon de Fonton, né le 5 février 1920 à Marseille, et mort le 26 juillet 2013 à Nans, est un préhistorien, archéologue et écrivain scientifique français.

Wikipédia

Nécrologie « La Provence »

Nécrologie « Société Préhistorique Française »

Bulletin de la SEPP

Interview « Préhistoire de la Côte d’Azur » 21/12/1974

Cette passionnante interview n’est malheureusement plus disponible sur le site de l’INA. Les droits ont été rachetés par un organisme scientifique, dont j’attends l’autorisation de la publier. Je dispose d’une copie que j’ai achetée à L’INA lorsqu’elle y était encore.

Max Escalon INA

Musée de Tourette Levens

Présentation du Musée de Tourette-Levens

Publications de Max Escalon

Suzanne Rocheblave

Suzanne Louise Amélie Rocheblave, l’épouse de Pierre

Mamie, ou Tantou

Elle est née à Marseille, 4 rue Reinard le 7 Octobre 1892.

Fille d’Auguste Rocheblave (21 Octobre 1855 – 7 décembre 1911)
et de Jeanne Litt (23 octobre 1864 – 21 juillet 1911)

Suzanne fit sa première Communion à Alès, au pensionnat de la Présentation de Marie le 20 Mai 1904, ainsi que sa confirmation le 13 Juin 1904.
Elle passa son certificat d’études le 11 Juillet 1904.
C’est sa grand-mère qui s’occupa de son éducation et de celle de sa sœur Marguerite, à Alès, son père ayant quitté le domicile conjugal après avoir eu, avant ses 2 filles, d’autres enfants morts en bas-âge.
Sa mère avait un magasin 89 rue de Lodi à Marseille : « La petite mascotte ».

Continuer la lecture de Suzanne Rocheblave

Joseph Coutras et Céleste Mouren

Joseph (1/10/1849 – 8/4/1907) est le père de Pierre.
Il épouse le 8 septembre 1881
Céleste Berthe Mouren (1/4/1856 – 4/1/1944).
Ils auront 3 enfants :
Auguste, né le 15 août 1882 et décédé à 5 ans le 26 Février 1888
Pierre, né le 18 octobre 1889 et décédé à 92 ans le 12 Janvier 1981
Valentine, née le 4 Mars 1891 et décédée à 11 ans le 14 Octobre 1902

La famille Coutras à Saint Antoine en 1898
Continuer la lecture de Joseph Coutras et Céleste Mouren

Yvonne Coutras

Biographie :

Fille aînée de Pierre Coutras et Suzanne Rocheblave, Yvonne est née le 25 Janvier 1914, à Marseille, dans la maison familiale.

Yvonne en robe de baptême, sur les genoux de Céleste, sa grand-mère et marraine.

Elle est baptisée à Notre Dame du Mont le 31 Janvier 1914, entre sa marraine et grand-mère Céleste Mouren-Coutras, et son parrain Camille Almueis (secrétaire de police), mari de la Cousine Philippine.

Continuer la lecture de Yvonne Coutras

Pierre Coutras, témoin de son temps…

Tandis que la Tour Eiffel s’élevait à Paris, en 1889, naissait à Marseille, dans la maison familiale, Pierre Coutras.

Descendant d’une lignée de marins, mais fils d’avocat, il devint avocat lui-même. Homme de paradoxes, alors qu’il devenait dans son milieu professionnel « Le Pape des loyers », il fustigea toute sa vie dans ses propos et ses écrits, véritables pamphlets, le poids écrasant des lois, des réglementations, de l’administration et du fisc.

Homme foncièrement bon, il voua toute sa vie un grand amour à sa famille, qui le lui rend encore aujourd’hui, 40 ans après sa mort, par un véritable culte.

Cet original consacra du temps à l’écriture, à la poésie, à la peinture, à l’ésotérisme, à la presse, à ses maisons de campagne – dans lesquelles il refusait l’électricité et l’eau courante – à ses amis et à sa famille.

Article en cours d’écriture